Vive le vrac !

Vive le vrac !

Comment limiter les déchets et le gaspillage ? En achetant aliments et produits sans emballages. C’est à dire en vrac.

Faire son marché en vrac est de plus en plus courant. Cela permet de moins gaspiller et de protéger la planète.

Le magazine positif

Et si on s’y mettait ?

1- On commence par trier

C’est une façon d’avoir un regard plus objectif sur nos habitudes de consommation. En effectuant ce rangement, vous libérez de l’espace dans vos placards et vos têtes.

2- On récupère les produits compatibles

Les aliments secs (quinoa, blé, pâtes, légumineux…), le thé, les huiles et les vinaigres, les épices, les confiseries, certains produits ménagers et cosmétiques.

3- On choisit ses contenants

On privilégie les bocaux en verre pour les liquides, Ils sont durables, faciles à nettoyer et économique. Vous pouvez utiliser des contenants que vous avez déjà (pots de confiture, de moutarde…) Pour les huiles, choisissez-les opaques pour les conserver de la lumière.

4- On trouve les bons « spots » pour stocker

Les étagères sont très utiles pour ranger les bocaux et avoir un aperçu de ses réserves d’un simple coup d’œil. Cependant, certains aliments doivent être à l’abri de la lumière et de la chaleur et il est donc préférable de les conserver dans les placards.

Le magazine positif

5- On réorganise ses placards

On classe ses contenants par usage : le petit déjeuner (granola, beurre de noix, graines de chia… etc), les aliment de base (farine, avoine, pâtes… etc), les desserts (sucre, vanille, pépites de chocolat… etc),

6- On se concocte des étiquettes

C’est joli et elles permettent d’identifier facilement ce que chaque pot contient. Vous en trouverez de très jolies à télécharger sur Pinterest.

7- On planifie ses courses

En fonction des recettes de la semaine, on apporte les contenants en conséquence. Les bocaux étant lourds, on privilégie les sacs pour tous les achats qui ne sont pas liquides.

Nouriture en vrac

8- On est vigilante

Attention aux prix affichés, soit en grammes soit au kilo, on peut vite se retrouver avec des surprises à la caisse.

Je pense que les achats en vrac sont l’avenir. Il suffit de s’y mettre et de prendre de nouvelles habitudes de consommation.

Et vous , avez-vous succombé aux courses en vrac ? Qu’en pensez-vous ? Venez en discuter en commentaires.

Helène Rodriguez
Les RDV d’Hélène

Cet article a 2 commentaires

  1. Elisabeth

    Coucou Hélène ! Tous les jours, je remarque à quel point le moindre produit, alimentaire ou non, est enveloppé de beaucoup trop de plastique, de cartons, il y en a des couches et des couches, même pour certains produits bio ! Les fabricants pourraient vraiment faire un effort pour réduire toutes ces matières qui alimentent des tonnes et des tonnes de déchets ! C’est catastrophique. Je suis tout à fait pour les achats en vrac de tout ce qu’il est possible de mettre dans des bocaux ou sachets. En plus, ça évite le gaspillage. Parfois, on a besoin juste d’une petite quantité de ceci ou de cela pour une recette, et après, on jette car on ne l’utilise pas souvent, et c’est périmé. Dans les magasins bio, on trouve pas mal de produits en vrac. Donc, il faut s’y mettre. Et en plus, il y a un petit côté vintage à faire ses achats comme dans « La Petite Maison dans la Prairie »! Retour à l’authenticité ! Bon week-end ! Biz*

  2. Stocker dans des bocaux en verre j’ai toujours fait ! Le vrac ? Je suis de plus en plus proche de cette méthode d’achat, j’arrive au magasin avec mes poches papiers des courses précédentes, je me suis fabriqué des pochons (hi!hi!) pour acheter le pain tranché, et les légumes et comme j’achète peu de produits transformés, les emballages sont de moins en moins envahissants dans ma vie et c’est tant mieux pour la planète, à force les industriels vont comprendre qu’ils ont été trop loin !

Laisser un commentaire