Le soleil, notre pire ami?

Le soleil, notre pire ami?

L’été est à notre porte, ouf! On l’a pleuré à l’automne, convoité tout l’hiver puis attendu en trépignant. Le voilà enfin, ce doux moment où nous pouvons ôter quelques couches de vêtements et offrir notre corps à la caresse du soleil.

Mais ces voluptueux instants peuvent vite, très vite même, virer au supplice pour notre peau, vous le savez bien. D’ailleurs, vous ne manquez peut-être pas chaque année de préparer votre épiderme puis de le protéger afin d’accéder au Graal de tout soleil’addict : un beau bronzage uni, profond et durable.

Oui mais… Peut-on réellement préparer notre peau au soleil ? De quoi nous protège vraiment la crème solaire ? Le bronzage forme-t-il un «filtre» naturel ? Quelques questions pour beaucoup d’idées reçues, alors…

Bien ou pas bien ?

«Moi, chaque printemps, je fais une cure de compléments alimentaires spécifiques pour préparer ma peau au soleil.»

Plutôt pas mal… Si vos gélules sont composées de caroténoïdes, de sélénium, de vitamine E… de préférence d’origine naturelle, qui vont favoriser la synthèse de la mélanine et renforcer les défenses des cellules contre les UV. Ils sauront se montrer pertinents si votre peau est claire, sujette aux coups de soleil, voire à des lucites estivales. Mais attention, en aucun cas ces compléments ne dispensent des précautions habituelles lors des expositions : crème, chapeau, parasol… De plus, il est parfaitement inutile, voire contre-productif, d’en forcer la dose ou d’en consommer toute l’année.

«Moi, je fais systématiquement quelques séances en cabine de bronzage avant l’été, ça me permet d’éviter les coups de soleil »

Ouille! C’est faux et ça fait mal! Les lampes de bronzage artificiel émettent essentiellement des UVA qui permettent un bronzage rapide, sont peu pourvoyeurs de coups de soleil et ont longtemps été considérés comme «inoffensifs». En réalité, les UVA sont les rayons qui pénètrent le plus profondément dans la peau, jusqu’au derme, provoquant des dégâts importants et irréversibles sur leur passage : forte accélération du vieillissement, tâches, cancers… Cette pratique est désormais considérée comme une hérésie par nombre de dermatologues qui n’hésitent pas à mettre en garde : le nombre de cancers de la peau est considérable chez les utilisateurs réguliers de ces appareils.

«Moi, j’utilise un auto-bronzant pour ne pas arriver toute blanche à la plage»

Ça peut être une bonne idée si vous ne vous exposez pas ou si cela vous permet d’aborder la phase maillot plus sereinement. Déjà dorée, vous serez moins pressée d’être bronzée ce qui peut tempérer les excès. Mise en garde : un auto-bronzant ne prépare absolument pas la peau au soleil. Il convient donc de respecter le B-A BA décrit en fin d’article

«Moi, il n’y a rien à faire, je commence toujours par un bon coup de soleil! Mais il se transforme très vite en bronzage»

Re-ouille! Beaucoup trop de personnes pensent encore qu’un coup de soleil est anodin. Il s’agit pourtant d’une brûlure, plus ou moins superficielle, dont votre peau se souviendra toute votre vie. Des coups de soleil répétés peuvent, des années plus tard, provoquer un mélanome ou un carcinome sur les zones touchées. Les enfants sont particulièrement vulnérables à ce phénomène, il est vital de les protéger.

«Moi, je me tartine d’indice 50 et vamos à la playa!»

Bien! A une condition : que l’application soit renouvelée toutes les 2 heures sur toutes les zones de peau exposées. Ce n’est pas parce que l’indice est important qu’on est protégé plus longtemps. Et bien évidemment, il faut remettre de la crème après chaque baignade. N’oubliez pas cependant, qu’aucune crème, même consciencieusement appliquée, ne vous protègera à 100% des dégâts liés à des expositions excessives. Le poids d’une journée de soleil non-stop a sur la jeunesse de notre peau un impact beaucoup plus important que celui des ans!

«Moi, je ne mets pas de crème tout le temps, j’ai quand même envie de bronzer»

Mauvaise idée! Les filtres solaires n’empêchent pas de bronzer. Avec un indice 50, votre bronzage s’installera plus lentement et sera un peu moins foncé. Mais il sera plus lumineux plus longtemps, plus profond, uni et durable. La phase (critique) de «débronzage» se fera imperceptiblement, jour après jour, sans passer par la case girafe ou pruneau sec… Parole de peau mature!

«Nuages à l’horizon. Le soleil s’est caché… ma crème solaire aussi!»

Erreur! En été, les rayons du soleil pénètrent autant dans la peau (gare aux traitres UVA!), que vous soyez dans l’eau ou sous les nuages. Si la sensation de chaleur n’est pas là, le coup de soleil comme les rides vous guettent tout autant.

«Vivement que je sois bronzée, je n’aurai plus besoin de crème !»

Faux! Si une peau bronzée (par le soleil) a effectivement organisé son auto-protection, cette dernière reste superficielle et insuffisante pour filtrer efficacement les rayons UV. Il faut donc continuer à se protéger, même toute bronzée!

«Il faut pourtant bien s’exposer au soleil pour fabriquer de la vitamine D!?»

Certes! La synthèse de la vitamine D dépend de 2 facteurs : notre alimentation et les rayons UVB du soleil. Avec une alimentation équilibrée, il suffit de 10 mn d’exposition 3 fois par semaine, sans crème, en short et T-shirt, pour synthétiser la vitamine D dont on a besoin… Qu’on se le dise !

Le B-A BA

Pour profiter pleinement de l’été sans hypothéquer ni votre santé, ni la jeunesse de votre peau :

  • S’exposer de façon progressive : 15 à 30 mn le 1er jour puis 15 mn de plus les 3-4 jours suivants
  • Éviter les expositions continues et prolongées
  • Ne pas s’exposer aux heures d’ensoleillement maximum (12h-16h)
  • Se protéger autant que possible avec des vêtements, chapeau, lunettes et privilégier les zones ombragées
  • Durant les expositions, appliquer généreusement et régulièrement votre crème solaire avec un indice de protection adapté
  • S’hydrater abondamment

Il y aurait encore beaucoup à dire sur le sujet et il ne se passe pas une année sans que de nouvelles données ne viennent confirmer ou bousculer ce qu’on croyait acquis. Des impacts sanitaires et environnementaux de nos crèmes solaires aux conséquences à long terme de nos excès, il est important de se tenir informé tout en faisant appel au meilleur des conseils : notre bon sens… Bel été !!

Le magazine positif
Juliette Bonner
Phi Essentiel

5 Commentaires

  1. Marie Jeanne KLEIN
    4 juin 2019 / 10 h 50 min

    Bonjour Juliette,
    Merci pour ce très bon article car malheureusement beaucoup ne prête pas assez attention à tout les dangers du soleil sur notre peau. Je fais tout les ans une cure de compléments alimentaires pour préparer ma peau au soleil car j’ai une peau claire, pas mal de grains de beauté et du vitiligo sur le visage et les mains ( ce qui est moindre mal ) Je ne m’expose jamais entre 12h et 16h et bien sur protection solaire indice 50 le plus souvent possible. Je me « fâche » souvent avec mes filles qui s’exposent trop, qui mettent des huiles style monoi, alors j’entends mais Maman on veut bronzer…. oui mais, pas facile de leur faire comprendre !!!!!
    Je te souhaite une bonne journée et un bel été
    Bises

    • Juliette
      Auteur
      4 juin 2019 / 13 h 01 min

      Bonjour Marie-Jeanne et merci pour ce commentaire.
      J’espère que tu feras lire l’article à tes filles!! Les miennes sont désormais convaincues, mais il faut vraiment prendre le temps de leur expliquer les conséquences des expositions excessives sur le vieillissement et la santé de la peau.
      Nous étions comme elles à leur âge, mais la prévention était quasi inexistante…
      Je constate que tu as pris de bonnes habitudes, bravo!
      Un très bel été à toi également.

  2. Corinne
    4 juin 2019 / 11 h 53 min

    Merci Juliette pour tous ces conseils judicieux ! Je n’ai pas pris soin de ma peau dans ma jeunesse car on n’y pensait pas ! Aujourd’hui je fais très attention et je reste à l’ombre ! J’ai juste un léger hâle mais je ne veux pas sacrifier ma santé pour un bronzage de magazine ! Bonnes vacances.

    • Juliette
      Auteur
      4 juin 2019 / 13 h 08 min

      C’est vrai Corinne que, quand nous avions 20 ans, nous n’étions pas particulièrement préoccupées par nos futures rides!! Et nous étions moins bien informées…
      Tu as bien raison, un teint abricoté est tellement plus lumineux et rajeunissant qu’une peau marron foncé qui virera au grisâtre dès la rentrée 🙁 . J’imagine que c’est une véritable gageure en vivant dans le Sud, tu en as d’autant plus de mérite! 😉
      Belles vacances à toi aussi

  3. catherinesentimots
    6 juin 2019 / 16 h 10 min

    Merci de nous rappeler ces attitudes importantes à avoir ou prendre pour sauver « sa peau »
    Je n’ai jamais eu beaucoup de problème car j’ai un fond mat et je prends des couleurs très facilement, mais je fais très attention quand même. Jeune, je ne me suis pas beaucoup exposée… je n’en n’avais pas tellement besoin et je n’aime pas me sentir « chauffer »,Cela m’a préservée à cette époque où la prévention était inexistante. Coup de pot !

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :