Ensemble

Ensemble

Ensemble

Une étude récente sur les séniors m’a beaucoup intéressée.  J’apprécie moyennement cette dénomination, mais elle a le mérite d’être assez floue pour englober une large tranche de la population. Disons environ dès 60 ans. Avant on est juste des quinquas, vous savez bien !  Adulescents, quinquados et sellenials, (contraction entre séniors et millenials), voici les nouveaux termes à la mode pour : « jeunesse », « force de l’Age » et « troisième-âge ».

C’est quand le 3e âge ?

Les 60 ans et plus représentent, en occident, un quart de la population et presque 30% d’ici 2030. Plus de 93% d’entre eux seraient en bonne forme. L’augmentation constante de l’espérance de vie provoque une sorte de rajeunissement apparent de toutes les générations.

Les notions d’âge évoluent. L’image d’un sexagénaire de 2019 ne ressemble plus du tout à celle d’il y a 50 ans. En parallèle, le besoin de repères, de transmission et de bonnes « vieilles » recettes de grands-mères semble en nette augmentation chez les plus jeunes. Envie de redécouvrir des habitudes moins polluantes, moins stressantes et connaître l’histoire proche à travers ceux qui l’ont vécue ? Probablement aussi une envie de retrouver ou connaître ses racines, son ancrage.

Si le vieillissement de la population est un enjeu majeur de société, ne serait-ce pas aussi une fabuleuse opportunité de favoriser des solidarités à travers une mixité inter générationnelle à renforcer ?

Partager

Après bientôt deux générations de famille « mononucléaire », la notion de tribu revient en pointillé : l’augmentation du nombre de divorces et la « recomposition » familiale consécutive sont une explication, mais pas que.

Lorsque les enfants ont quitté le nid et après une période d’entre-deux, vacuité redoutée ou savourée, selon les personnes, de plus en plus nombreux sont les aînés qui ouvrent leurs logements à des jeunes désargentés et en quête d’une chambre. Contre une somme modique et quelques services, c’est un échange gagnant-gagnant. Des liens se nouent souvent, au delà des services mutuellement rendus.

Il existe aussi des expériences, de plus en plus nombreuses, d’accueillir dans les mêmes lieux, maison de retraite et crèche garderie ! Cette co-habitation, bien pensée architecturalement, offre de multiples avantages tant aux petits qu’aux anciens. De la gaieté, des histoires, des rencontres et des câlins. De la vie et du mouvement. Des chansons et des jeux.

D’autres  encore achètent leurs logements de manière groupée et en mixité générationnelle. Ils souhaitent ainsi partager certains espaces, tout en conservant d’autres locaux de manière privée. Ce n’est pas sans nous rappeler notre jeunesse et la vie en communauté des années « hippies », cette manière de faire évite la solitude aux aînés et permet de partager des ressources, des services, pour accéder à une forme de mieux être pour tous et à des conditions moins onéreuses.

Ces « expériences » se développent principalement dans les pays nordiques et aux pays bas, mais commencent aussi à fleurir plus au sud.

Pénurie des logements, allongement des études, difficulté d’emplois stables pour les jeunes…. Petites retraites, déficits de place en maisons pour les plus âgés, coûts élevés de la vie et des systèmes d’aide et de soins…

Voilà qui va nous pousser à réinventer la famille au sens social du terme, pour répondre à nos besoins et à tout âge !

Un mal pour un bien ?

 

 

Catherine Schmidt Maillet
Senti-Mots

4 Commentaires

  1. Chantal
    5 mai 2019 / 9 h 38 min

    Pourquoi si peu de photos de vraies femmes, si le magazine est inspirant, les photos ne le sont pas: c’est la même situation qu’avec tous les magazines, les filles sont hyper jeunes et n’ont rien à voir avec le public cible: des femmes de +50ans… donc il reste un effort de base » permettre de s’identifier »…

    • Catherine
      5 mai 2019 / 17 h 16 min

      heu…. Si vous regardez bien les dames sur les photos de cet article, elles ont leur âge et en profitent !

  2. Marie Jeanne
    5 mai 2019 / 10 h 59 min

    Bonjour Catherine,
    Merci pour cet article d’actualité, j’ai récemment vu à la télévision une émission où çà parlait de logements multi générationnels, je trouve çà une très bonne idée. Les relations ont malheureusement changé avec les grands parents et parfois arrière grands parents, j’ai 59 ans et j’avais une grand-mère et un grand-père exceptionnels avec qui j’ai des souvenirs inoubliables. Mes deux grand-mères sont décédées à 100 ans, quand je pense à tout ce qu’elles ont vécues et racontées c’est extraordinaire. Je suis pour le partage avec nos « anciens » car leurs vies étaient tellement différentes et si loin de la réalité d’aujourd’hui qu’il me parait indispensable de garder les liens et d’inculquer aux jeunes une vie qui était saine, naturelle et pleine de bon sens.

    • Catherine
      5 mai 2019 / 17 h 18 min

      Oui, mais je pense sincèrement que nous allons revivre dans des relations plus mélangées sur le plan des générations. Les jeunes sont aussi en demande, ils remettent un peu en question l’individualisme de la génération de leurs parents. Restons ouverts….

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :