Comment surmonter le stress : 5 clés pour en faire votre allié

Stress

Comment imaginer que le stress peut devenir votre meilleur ami alors qu’il est l’ennemi à abattre ?

Tout d’abord, prenons conscience que le stress est un phénomène naturel, c’est un “état réactionnel de l’organisme soumis à une agression brusque.” Larousse.


Le stress, c’est normal docteur ?

Dans notre vie quotidienne, tout peut être facteur de stress : le bruit, une incivilité, un retard de train, une mauvaise nouvelle. Mais il y a aussi des sources de tension plus sournoises, par exemple les relations avec les autres.

Le stress peut apparaître alors dans le silence d’un bureau où les salariés travaillent dans une mauvaise ambiance. Les factures qui s’accumulent et les tâches ménagères laissent une perspective peu réjouissante pour le weekend. 

Et c’est bien de cela dont il s’agit, un petit grain de sable vient perturber l’équilibre et tout s’écroule. Qui n’a pas vécu ce début de journée où tout va mal, le réveil qui n’a pas sonné, le café sur le chemisier, les enfants qui oublient leur devoir de français ou le lycée qui appelle pour nous prévenir que notre fille est malade juste avant notre réunion.

Pourquoi certaines personnes ne sont pas stressées ?

Ne vous fiez pas aux apparences. Certaines personnes paraissent calmes mais à l’intérieur, ça bouillonne. La cocotte minute est en marche, prête à exploser à la prochaine broutille.

Pourtant, il existe des personnes zens qui semblent avoir un certain détachement avec les événements. Caroline a une phrase dans les moments de panique : “on est pas en chirurgie cardiaque, on se calme !”. Cédric utilise l’humour avec ses clients stressés et à en croire les sourires quand il s’adresse à eux, sa collègue ne semble pas avoir pris le même menu au déjeuner. Elle est tendue, ne sourit pas et menace en permanence son entourage de les planter là, si ça continue. Une situation et deux attitudes différentes.

1ère clé : S’adapter

Ce qui provoque beaucoup de stress, c’est la rigidité d’esprit. En effet, vouloir toujours contrôler les événements est source de nervosité. La vie est impermanence. Chaque seconde, un changement s’opère dans tous les domaines. 

Un agenda parfaitement organisé, qui est chamboulé par une personne ayant beaucoup de retard ou une urgence, patatra c’est la cata ! L’ordinateur qui fait des siennes le jour où j’ai un dossier à rendre.

Une crevaison, un bouchon imprévu à une demi heure d’une présentation devant le comité de direction ou les clefs introuvables au moment de partir nous font vivre les montagnes russes émotionnelles.

Car il s’agit bien d’émotions : la colère et la peur principalement. Notre besoin d’être à la hauteur, de remplir nos obligations et être performants nous oblige à penser que nous nous devons d’être infaillibles. Or, la vie se charge de nous rappeler le contraire.

2ème clé : Accepter d’être humain

Avez-vous remarqué que des personnes plutôt désinvoltes sont appréciées en entreprise voire valorisées alors que les personnes plus laborieuses passent inaperçues ou sont dénigrées. Il existe une théorie scientifique selon laquelle les chefs d’entreprise préfèrent embaucher des candidats moins performants à des postes de responsabilité car ils sont conscients que le système doit rester en place pour maintenir leur statut. Un salarié plus zélé aura tendance à remettre en cause les défauts de l’organisation et à fragiliser la structure.

Mais au delà de cette théorie, un individu qui connaît sa valeur et qui sait s’impliquer sur la durée ne perdra pas confiance à la moindre difficulté.  On sait sur qui on peut compter. D’ailleurs dans une famille, la femme est souvent celle qui est capable d’organiser sa semaine de travail, les menus, les courses, les devoirs, les inscriptions aux loisirs et les visites chez le médecin.

Wonder woman, c’est vous, alors si on arrive pas à finir ce qu’on avait prévu aujourd’hui, demain est un autre jour. L’inquiétude fatigue beaucoup notre mental déjà surchargé. 

3ème clé : Exit la culpabilité

Nous sommes les championnes de la culpabilité. C’est inscrit dans notre ADN. Une femme est sur tous les fronts, doit continuer à sourire, être douce et agréable par dessus le marché.

Un femme qui travaille culpabilise de ne pas consacrer assez de temps pour ses enfants, une femme qui reste à la maison se culpabilise de n’avoir rien d’intéressant à raconter. Quoique nous fassions, nos enfants trouveront à redire. Donc soyons nous-mêmes, faisons de notre mieux, et surtout faisons le avec plaisir.

4ème clé : Oser dire NON

Au travail, certains pensent que c’est impossible surtout si on dit toujours oui à tout. On peut commencer par répondre fermement “je n’ai pas le temps aujourd’hui, ce sera possible demain”. On imagine que les conséquences vont être terribles surtout si on manque de confiance en soi, mais le ton est très important. Adopter un voix d’enfant pleurnicheuse pousse le supérieur à insister alors qu’un timbre de voix affirmé coupe court à ses tentatives.

Si vous êtes confronté à un patron irrespectueux, c’est à vous à poser vos limites. La peur d’être licencié ou brimé entretient ce cercle vicieux mais la plupart du temps, votre patron a trop besoin de vous et reconnaît vos qualités. 

Toutefois, si vous travaillez avec plusieurs personnes, la gestion des priorités doit être définie avec la hiérarchie. Par ailleurs, une collègue qui cherche à vous déstabiliser avec des remarques acerbes sera décontenancée si vous lui répondez “qu’est-ce que tu veux dire par là ?” 99% des réponses sont “je plaisante” et la pie tourne les talons.

A la maison, nous devons apprendre à poser de saines limites. Pour cela, le dialogue permanent est indispensable pour exposer nos vrais besoins. On pense souvent que l’autre va deviner ce qui est important pour nous, ce qui est une erreur. Plutôt que l’accusation ou les reproches, formuler ainsi “j’ai besoin d’aide, je te demande… cela est très important pour moi”. 

5ème clé : Cibler vos priorités

En consultation, les patients sont souvent obnubilés par leur quotidien mais lorsqu’un événement se produit dans leur vie (maladie, décès, accident), les priorités changent. Ce qui était tellement urgent hier, devient futile aujourd’hui. 

Quand on est en vacances, tout est simple, pourquoi passer en une semaine de la sérénité au surmenage ? 

Chantal (53 ans)  a perdu son mari l’année dernière d’un cancer du poumon. Dire qu’il était toujours stressé et qu’il rêvait de partir en voyage à la retraite…

Une vie trépidante peut être passionnante mais garder un équilibre est vital sur le long terme. N’oublions pas que la vie est une course d’endurance, vous êtes pressé d’arriver ?

A la fin de la journée, s’accorder quelques minutes avec soi-même pour se féliciter pour toutes les actions accomplies, si infimes soient-elles. S’accorder de la gratitude, de la bienveillance et surtout de l’indulgence permet de faire du stress un ami pour apprécier la vie et la savourer pleinement.

Bravo pour tous les défis que vous avez relevés depuis votre naissance, gardez des forces pour continuer. 

Stéphanie Laures

Le site de Stéphanie

Hypnose saJEce Montpellier

12 Commentaires

  1. Delphine
    3 novembre 2019 / 17 h 45 min

    Merci pour ces précieux conseils/rappels Stéphanie. On a tendance à oublier les choses les plus élémentaires dans la course folle de nos journées…

  2. Corinne
    3 novembre 2019 / 17 h 47 min

    Hello Stéphanie, j’ai encore du boulot !!! des bises

  3. 3 novembre 2019 / 17 h 53 min

    Et oui…. restons humains et acceptons nos limites, posons les aussi, le plus clairement possible. Merci pour ces conseils judicieux.

  4. 3 novembre 2019 / 22 h 15 min

    Bonsoir Stéphanie! J’aime beaucoup ton article, plein de bon sens et de petits conseils utiles comme le « qu’est-ce que tu veux dire par là? » qui est une excellente recette contre les vipères. J’ai des progrès à faire sur le « J’ai besoin d’aide » à la maison, mais après cette piqûre de rappel je vais faire attention! Bonne soirée 😉!

    • 10 novembre 2019 / 14 h 17 min

      Ah je l’utilise souvent cette phrase et elle fonctionne pour éloigner les médisantes bon week-end 😊

  5. isabelkehr
    3 novembre 2019 / 22 h 28 min

    Article très intéressant, merci Stéphanie ! C’est grâce au yoga et à tout le travail effectué sur moi que j’arrive à vivre avec un stress disons très modéré. Et ça fait du bien !

    • 10 novembre 2019 / 14 h 18 min

      Merci Isabel ce sont différentes approches complémentaires qui nous permettent d’aller bien bon week-end et merci 😊

  6. Marie Jeanne
    10 novembre 2019 / 11 h 25 min

    Bonjour Stéphanie,
    Merci pour cet article plein de bienveillance qui nous rappelle que parfois rien ne sert de stresser et que la vie n’est pas un long fleuve tranquille. Il y a des personnes qui face à un imprévu en font une montagne d’angoisses et d’autres qui acceptent cet imprévu. Je pense que l’acceptation est primordiale mais pas toujours facile à gérer. Il y a également le lâcher prise qui à mon avis est souvent nécessaire face aux degrés d’angoisses car malheureusement trop de stress nuit à notre santé.
    Bon dimanche
    Bises

    • 10 novembre 2019 / 15 h 01 min

      Merci Marie Jeanne de ta visite. L’acceptation et le lâcher prise sont chaque jour un défi pour nous toutes. Bon week-end

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :