A chacun son rite de passage

voeux

En France,  le 31 décembre la tradition veut que l’on s’embrasse sous une branche de gui à minuit. En effet, le gui étant un symbole de prospérité et de longue vie ainsi qu’un heureux présage pour franchir le seuil d’une nouvelle année. D’un bout à l’autre de la planète, à chacun son rite de passage, chaque pays accueille la nouvelle année avec des coutumes singulières.

Seule l’heure fatidique des douze coups de minuit reste commune à tous !

Je vous amène dans 7 pays pour découvrir leurs coutumes, vous me suivez ?

Le Brésil et son rite de passage : des offrandes à la mer

bresil

A Rio de Janeiro, tout se passe sur la plage. Dress-code obligatoire : le blanc, symbole de paix, est aussi censé porter chance. Les Brésiliens viennent honorer Iemanja, déesse de la mer, pour qu’elle leur garantisse une année prospère. Les offrandes : fleurs, bijoux, miroirs, parfum, bonbons sont jetées dans l’eau ou déposées dans les paniers d’osier le long de la plage.

Cuba et son rite de passage, à l’eau tous les tourments

cuba

Gare à ceux qui déambulent sous les balcons de la Havane ! Pour se débarrasser des mauvaises choses de l’année écoulée, les Cubains renversent des bassines d’eau par la porte d’entrée principale ou par la fenêtre à minuit. Symbole de purification, cette eau est censée emporter avec elle les tourments et mésaventures. Et placer la nouvelle année sous le signe de la sérénité et du bonheur.

L’Ecosse et son rite de passage, un shot de whisky, main dans la main

ecosse

La coutume du « first footing » est très répandue. Il s’agit d’être le premier à passer le seuil de la maison d’un ami ou d’un voisin le 31 décembre peu après minuit. De lui offrir du whisky et des shortbreads (biscuits sablés) ou un gâteau aux fruits censés apporter la chance pour l’année à venir. Il faut se tenir la main ou étreindre des personnes rencontrées dans la rue en entonnant la traditionnelle chanson « Auld Lang Syne ».

L’Afrique du sud et son rite de passage, 2 jours de fête

Afrique du sud

Si les Sud-Africains fêtent le passage à la nouvelle année, au Cap, ils célèbrent surtout la date du 2 janvier. Le « Coon Carnival » (carnaval noir) est rythmé par des fêtes de rues dans des costumes extravagants.

L’événement trouve son origine au XIXème siècle. A cette époque, la célébration du Nouvel An était réservée aux Blancs et les esclaves noirs faisaient la fête le 2 janvier.

L’Equateur, l’année écoulée part en fumée

Equateur

Dans tout le pays, on brûle des pantins à taille humaine, faits de papier ou de cartons. Symbolisant l’année qui s’achève, ces poupées sont parfois à l’effigie de célébrités locales ou internationales. Objectif pour les Equatoriens : laisser derrière eux ce qui a été négatif et démarrer l’année d’un bon pied.

L’Allemagne, lire l’avenir dans du plomb fondu

Que va réserver la nouvelle année ? Pour le savoir, les Allemands respectent la tradition du « Bleigiessen ». Il s’agit de verser du plomb fondu dans un saladier d’eau froide et d’interpréter les formes obtenues pour en déduire les évènements heureux ou malheureux à venir. On trouve même des kits sur internet ou en supermarché pour une soirée entre amis.

L’Espagne, 12 grains de raisin pour les 12 mois

Espagne

Quand minuit sonne, les Espagnols doivent manger douze grains de raisin, dits « de la chance », au rythme des douze coups pour espérer prospérité et succès chaque mois. Ils se retrouvent par milliers, sous l’horloge de la Casa de Correos sur la place de la Puerto del Sol à Madrid pour accomplir ce rituel. Les plus malins enlèvent peau et pépins pour aller plus vite !

Voilà mon petit tour du Monde avec ces traditions. Surprenant, n’est-ce pas ?

Helène Rodriguez
Les rdv d’hélène
Partager:

10 Commentaires

  1. Corinne
    5 janvier 2020 / 13 h 52 min

    Je ne connaissais que la tradition Espagnole pour avoir vécu un an dans ce pays ! C’est très intéressant de découvrir ces coutumes si différentes des nôtres.

    • 5 janvier 2020 / 19 h 58 min

      Bonjour Corinne, je connaissais également la tradition espagnole au vu de mes origines andalouse… BOnne soirée

  2. filipposcottodivattimo
    5 janvier 2020 / 14 h 22 min

    Article très plaisant grâce auquel j’ai notamment retrouvé un vieux chant traditionnel écossais sur l’air de « ce n’est qu’un aurevoir », plus connu en France.
    L’accent écossais de la version de 1910, disponible ci-dessous, ravira tous ceux qui ont séjourné en écosse et qui sont restés attachés à cette terre, à ses traditions, à l’accent typique, et à ses habitants car ils ne faut pas oublier nos amis !
    https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Auld_Lang_Syne

    • 5 janvier 2020 / 19 h 59 min

      Oh merci pour ton lien !!! Ca complète bien l’article. Merci encore !!!

  3. 5 janvier 2020 / 17 h 24 min

    Merci pour ce tour d’horizons…. Je retiens que ces rites de « passage » sont assez universels

    • 5 janvier 2020 / 20 h 00 min

      Oui tres surprenant et intéressants ces rites de « passage »…on ne pense aux « autres » et pourtant nous avons tous nos rites !!!!

  4. Sandrine
    5 janvier 2020 / 19 h 57 min

    merci ! j’ai appris plein de choses grâce a cet article ! merci ! bonne soirée.

    • 5 janvier 2020 / 20 h 01 min

      Merci Sandrine, ravie que cela t’ai plu ! Bonne soirée.

  5. Mme daugreilh marie-paule
    5 janvier 2020 / 21 h 00 min

    Article intéressant mes préférence L’Equateur et Hum l’Écosse …. A BIENTÔT MP

  6. 11 janvier 2020 / 22 h 39 min

    Très intéressant, cet article, Hélène, sur les diverses traditions autour du monde pour le passage à l’an nouveau. Je ne connaissais que la tradition Espagnole, à minuit à la Puerta del Sol, pour Nochevieja, et suivie par tous les espagnols dans toutes les autres provinces. La coutume allemande est très surprenante! En Equateur, le fait de brûler des personnages me fait penser aux Fallas valenciennes, en Espagne pour le passage au printemps. Bonne soirée, et bonne année!

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :